Eternels, tome 1 : Evermore de Alyson Noel

Avant l’accident, Ever Boom était une adolescente comme les autres. Elle a perdu toute sa famille dans cet épisode tragique, et reçoit soudain un terrible don : celui de lire dans les pensées des gens, de voir leur aura et de connaître leur vie en les touchant. Elle se renferme alors sur elle-même et évite le contact. Les élèves du lycée la regardent comme une bizarrerie, la pointent du doigt… jusqu’au jour où elle rencontre Damen Auguste. Damen est mystérieux, plein de charme et terriblement beau. Toutes les filles du lycée se le disputent mais c’est à Ever qu’il s’intéresse. Or c’est le seul être dont elle ne peut pas découvrir les pensées. Et personne ne sait réellement qui il est ni d’où il vient. La seule chose dont Ever est sûre, c’est qu’elle est profondément et irrémédiablement amoureuse de lui.

Mon avis :
Comme Vampire Academy, Eternels est bien plus développé que d’autres ouvrages de bit-lit, et ne toune pas seulement autour de l’amour entre les deux protagonistes. On s’éloigne du vampire inaccessible à toutes les filles sauf à l’héroine, même si on ne coupe pas à la rencontre au lycée et à l’inévitable froideur du héros.
Ce livre m’a donc bien plus plu que Twilight ou encore Journal d’un Vampire, qui sont pour moi de la même trame, plus romance qu’action.

Ever Bloom est l’ancienne reine du lycée tombée en disgrâce après un accident de voiture dans lequel toute sa famille a péri, et à la suite duquel elle a totalement changé d’attitude, de look et d’amis.
Et on se demande ce qui va se passer dans son établissement… Et si un bellatre froid, qui ne parles à personne, appelé… Pourquoi pas Damen ? qui tomberait mystérieusement sous son charmes pointait le bout de son nez ? Oui, j’ironise, mais c’est un schéma tellement classique, déjà vu et revu…

L’histoire reprend le phénomène de « réincarnation » déjà présent dans un autre classique bit-lit, le Journal d’un Vampire. Içi, exactement le même principe : le vampire/l’immortel tombe sous les charmes de l’héroine à chacune de ses incarnations. A une seule exeption : alors qu’Elena n’a eut que deux incarnations connues, Bloom est tuée à chacune de ses apparitions.
De ce fait je n’ai pas cessé de faire la liaison entre les deux livres. Deux beaux gosses intaliens intouchables… Original ! Même le nom des héros se ressemblent (Damen/Demon) !

L’histoire est encore assez superficielle au premier abord, mais avec une grosse différence avec les stéréotypes du genre au niveau de l’héroine. Ever n’est pas -ou plutôt n’est pas totalement- la midinette classique. Et en plus elle a des pouvoirs ! C’est le gros point fort de ce livre, l’originalité de notre héroine. Elle est capable de lire les auras, de voir les fantomes et surtout a des sortes de flashs qui lui apprenent beaucoup sur la personne qu’elle touche, de la télépathie, en quelque sorte.
Damen m’a exaspéré, comme le personnage masculin principal de ce genre le fait la plupart du temps (toujours, après réflexion), parce qu’il est bien trop parfait.
Pour les amis d’Ever, on tappe totalement dans le cliché : Haven, l’ado perdue, au look gothique qui se consacre à des dizaines d’associations et qui vit dans son monde de monstres immaginaires, et Miles, le gay qui s’assume et aime par dessus tout les potins et les discussions people sont de gros stéréotypes de la littérature Young Adult, mais ils sont sympatiques à leur manière.
Mon personnage préféré est Riley. J’ai adoré sa joie de vivre (on peux dire ça, je suppose…) et son caractère un peu pariculier. Elle est drole et attachante, et sa relation avec sa soeur sonne vrai, ce qui m’a manqué avec la plupart des autres personnages.

J’ai trouvé l’écriture simpliciste, parfois même dépouillée. Les phrases sont courtes, parfois inutiles, souvent étrangement constituées.

En conclusion, je n’ai ni aimé ni détesté. Je suis entre deux eaux, avec d’un côté les clichés pour midinettes et de l’autre l’originalité relative d’Eternels par rapport aux principales grosses oeuvres du genre.

 

Ma note : 14/20

 

Publicités

Publié le 1 septembre 2012, dans Bit-lit. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :