Mercure d’Amélie Nothomb

Couverture Mercure

Sur une île au large de Cherbourg, un vieil homme et une jeune fille vivent isolés, entourés de serviteurs et de gardes du corps, à l’abri de tout reflet ; en aucun cas Hazel ne doit voir son propre visage.
Engagée pour soigner la jeune fille, Françoise, une infirmière, va découvrir les étranges mystères qui unissent ces deux personnages. Elle saura pourquoi Hazel se résigne, nuit après nuit, aux caresses du vieillard. Elle comprendra au prix de quelle implacable machination ce dernier assouvit un amour fou, paroxystique…

Mon avis :
Pour mon premier Amélie Nothomb, j’ai été agréablement surprise. J’ai trouvé ce livre dans un des cartons de mon père, et il m’avait dit qu’il n’avait pas tellement aimé. Pourtant je me suis plongée dans cette lecture – très courte, à peine 200 pages– et l’ai finie dans l’heure. L’histoire est assez originale, et même si le personnage de Hazel m’a souvent énervé, on peut dire que ce fut une jolie découverte.
Je recommencerait certainement l’expérience Nothomb !

Hazel est une jeune femme enfermée dans un chateau, au bord de la mer, depuis ses dix-sept ans. Recueillie par un vieil homme après un bombardement qui la laissa odieusement défigurée, ce dernier à enlevé jusqu’au dernier miroir de la propriété pour ne pas que sa protégée n’apercoit son reflet.
Chaque nuit, il la rejoint dans son lit, et le temps passe ainsi. Sauf qu’Hazel est malheureuse, tellement malheureuse qu’elle tomba malade afin de voir débarquer sur son ilot coupé de tout une confidente, Francoise l’infirmière. Mais pour cette nouvelle venue, surprises, ennuis et révélations vont s’enchainer à un rythme inquiétant.

Du côté des personnages, j’ai bien aimé Francoise. Elle est perspicace, et intelligente. Ses raisonements sont souvent bons, voire même très bon, et j’ai aprécié de suivre ses découvertes sur Adèle, une mystérieuse femme d’autrefois. Elle donne l’impression d’être une femme déterminée et courageuse : même capturée par le geolier d’Hazel, elle ne s’effondre pas et cherche un moyen de s’échapper, et de révéler la vérité sur son passé à la jeune captive.
Hazel, elle, est tellement enfermée dans sa tête qu’elle n’accepte rien de nouveau : tout ce que peut lui dire Francoise lui passe au dessus. Finalement, on se rend compte que le Capitaine à raison : si Hazel ne s’en va pas, ce n’est pas qu’elle ne le peut, mais qu’elle ne le veut. A travers les discussions litéraires qu’elle a avec son infirmière, je l’ai trouvée bornée et toujours campée sur ses positions.

L’écriture à été une des choses que j’ai le plus aprécié par les dialogues. Ils sont vraiment riches et fournis, et alors que c’est souvent un point faible dans d’autres livres quand ils sont futiles, trop court, trop long ou inconsistants, ils m’ont énormément plus dans celui là. Qu’ils soient entre Françoise et Hazel ou entre Françoise et le Capitaine, très argumentés, ils sont très intéressants.

La double fin est aussi l’un des points forts du roman. Si la première permet plus d’espoir et de liberté pour nos héroines, le seconde est peut être plus étudiée, il est donc difficile de choisir sa version préférée, car elles s’appuient sur des oppositions d’idées et des parcours radicalement différents. Mais mon côté « rebelle » (avec un gros entre guillemets, pour ceux qui ont lu le livre) pencherait plus vers la première, qui permet d’espérer pour nos héroines.

Donc c’est une très belle découverte que j’ai fait avec Mercure (Pour Hopeee : je me mets à Amélie Nothomb, moi aussi, et je compte récidiver bientôt !). Un gros bon point pour les deux fins parallèles, les dialogues et la psycho des personnages. Un très bon livre !

Ma note : 16/20

Publicités

Publié le 8 juillet 2012, dans Contemporain. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Coucou! Merci de m’avoir prévenue que tu as publié ta chronique!
    Effectivement, l’écriture d’Amélie Nothomb est toujours très riche. Personnellement, j’aime beaucoup sa palette de vocabulaire. Pour la suite, tu peux fouiner sur mon blog et trouver ton prochain livre de cet auteur :D. Pour l’instant mes préférés sont Journal d’hirondelle et Tuer le père. En tout cas je suis contente que tu aies passé un bon moment.
    (Pour répondre à ton commentaire, je n’aime pas du tout Anna Gavalda…)
    Plein de bisous et à bientôt!

  2. J’ai beaucoup aimé ce roman d’Amélie Nothomb. Mes préférées restent pour le moment : hygiène de l’assassin et acide sulfurique.
    =)

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :