Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes

Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l’intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l’assistance de la psychologue Alice Kinnian, d’appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d’esprit employé dans une boulangerie. C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l’amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jours les facultés supérieures d’Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d’un homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l’état de bête…

Mon avis :
Ce roman est une petite perle de tolérance : on est immédiatement avec Charlie, on déteste ceux qu’il prend pour ses amis et qui passent leur temps à rire de lui derrière son dos. La condition d’arriéré mental et de personne est remise en question tout le long de cet ouvrage : en effet Charlie, devenu très intelligent se rend compte de la cruauté des humains et de la nature humaine, qui n’a de cesse de rabaisser les autres, et découvre même qu’avant son opération, certaines personnes ne le considérait même pas comme une personne ! 
Plus qu’un monument de la Science Fiction, c’est une porte ouverte sur une montagne de question qui remettent en cause notre société et nos opinions stéréotypées. 
Et je remercie Le Cottage de Myrtille, qui m’a fait découvrir ce livre par cette chronique si enthousiaste : retrouvez là ici.

Evidemment, du côté de l’histoire, aucune surprise puisque tout le livre est résumé dans la quatrième de couverture : Charlie Gordon, un arriéré qui travaille dans une boulangerie veut à tout prix devenir intelligent, pour inconsciemment faire plaisir à sa mère qui n’a eut cesse de le harceler dans ce but pendant son enfance. Pour cela, il se fait opérer du cerveau, de la même façon qu’Algernon, une souris devenue intelligente. 
Mais alors que Charlie s’éveille à la vie en société, lui qui était en marge du monde, dans sa bulle, il découvre la haine des personnes ordinaires pour ceux qui les dépassent, et leur cruauté envers celles qu’elles peuvent écraser. 
Le parcours psychologique qu’il effectue est impressionant. 

Du côté des personnages, à part Charlie je les ai trouvé plutôt effacés. Ses anciens « amis » de la boulangerie inspirent immédiatement, même du point de vue très subjectif et innocent de Charlie beaucoup de dégout et d’antipathie. Ils passent leur temps à se moquer de lui et à le comparer à eux pour se rehausser. Certaines scènes, notamment celle d’Ellen sont déchirantes, car on sait que ses « amis » se fichent de Charlie et le font danser et faire n’importe quoi simplement pour se divertir, car ils savent qu’il ferait tout pour plaire. 
Ceux qu’on peut appeler les nouveaux amis ne le sont pas vraiment non plus. Strauss, Burt et le psychologue sont persuadés d’avoir crée le Charlie intelligent de toutes pièces, et pensent être détenteurs de la connaissance absolue, ce qui est très énervant. 
Les deux femmes dans la vie de notre héros, Fay et Alice sont très différentes. Fay est vive et pleine de joie, toujours prête à danser. Elle a un côté indomptable et libre qui m’a bien plus, alors que j’ai trouvé Alice un peu coincée et effacée. A un moment, elle n’aime pas Charlie, au suivant elle est folle de lui ! 
Charlie évidemment, est le plus construit des personnages et celui qui évolue le plus. De naïf persuadé de la bonté de tout le monde il se transformera en un homme arrogant et intelligent, mais on l’aime quand même parce que l’on sait que derrière cette enveloppe se cache un tout petit garçon qui découvre le monde et qui ne sait pas à qui poser ses questions. 

J’ai eu beaucoup de mal avec les premières pages puisque Charlie ne sachant pas écrire comme une personne normale, elles sont écrites plus ou moins en langage SMS. Mais dès l’opération le style et l’orthographe s’améliore et la ponctuation apparait, rendant la lecture beaucoup plus facile. 
Certains passages sont très émouvants à lire, comme la visite de Charlie à l’hôpital psychiatrique ou le dernier compte rendu, ou il est redevenu tel qu’il était avant son opération, et ou il ne se rappelle que de fragments de sa vie en tant qu’être intelligent. 

Il manquait je ne sais quoi pour faire de Des fleurs pour Algernon un gros coup de coeur. 
Tout le long du livre, on se prend une claque. Vers la fin, alors que Charlie se rend compte que son double arriéré est toujours en lui, les dernières pages prennent une teinte inquiétante, je pense notamment au moment du miroir. 
A lire une fois dans sa vie ! 

Ma note : 16/20

Lu dans le cadre du Baby Challenge Science-Fiction

Publicités

Publié le 6 mai 2012, dans Science Fiction. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Je suis contente qu’il t’ait plu ! J’aime beaucoup ton point de vue qui rend bien l’atmosphère du livre. Et merci pour ton lien ! Bonne soirée 🙂

  2. Ah un excellent livre et un classique de la SF qui mérite d’être découvert. Content qu’il t’ait plu.

  3. Un de mes plus beaux coups de coeur 2011 !

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :