Instinct, tome 1 de Vincent Villeminot

Tim ne garde qu’un souvenir troublant de l’accident. Quand il a repris conscience, il était une bête féroce, avide de chasse et de sang. A-t-il rêvé ? Ce n’est pas l’avis du professeur McIntyre, psychiatre singulier, qui l’emmène dans son institut de recherche où vivent d’autres initiés, tous sujets à des métamorphoses animales. C’est là que Tim rencontre Shariff et surtout Flora, une jeune fille séduisante et insaisissable…

Mon avis :
Je sors de cette lecture mitigée. D’un côté, j’ai eu beaucoup de mal à démarrer et presque toute l’intrigue était prévisible, et de l’autre j’ai adoré les explications sur l’anthropie, et le fait que l’auteur développe non seulement la métamorphose de l’ours, celle de Tim, mais qu’il existe des dizaines de transformations différentes. 
J’ai aimé les étapes relatives à la transformation, la « morsure », qui permet la première et la plus dangereuse des transformations, et la chose ou la période qui permet de se transformer à nouveau. Cela forme un écheveau plutôt complexe qui nous éloigne bien du concept du loup garou et de la pleine lune
Malgré tout, ce livre reste une déception à cause de la trame qui ne m’a pas plu, une fois qu’on enlevé toute la mythologie autour des anthropes, des personnages et de la fin qui se conclut un peu vite.

Tim reprend conscience à l’hôpital. Ses dernières visions ont étés celles d’un paysage, de cadavres, d’une voiture incendiée, et tout ça à travers les yeux d’un ours. Car le jeune homme en est persuadé, pendant plusieurs heures, il a été un grizzly. Et alors arrive dans sa vie un étrange docteur qui l’emmène dans un centre spécialisé pour les anthropes, les hommes et les femmes capables de se transformer en animaux.

Du côté de l’histoire, je l’ai trouvée prévisible et pas très originale : des jeunes chassés à cause de leurs particularité, ce n’est pas une nouveauté dans la littérature jeunesse. Là, de jeunes anthropes sont traqués par des chasseurs qui veulent séparer leur tête de leur corps, afin que la première reste animale et le second humain, et prouver au monde que ces personnes existent. En fait, je n’ai pas du tout accroché au thème, et au début j’ai eu du mal à ne pas abandonner. Les scènes s’enchainaient lentement, je n’aimait pas Tim, et les passages ou on peut lire « Le père de Tim donna un coup au volant » sont suivis de deux pages de souvenirs du protagoniste, ce qui nous perd quand on revient à la conduite du père dudit garçon. 
Même si dès le début il nous faut les codes pour comprendre tout ce qu’il y a entre Tim et son frère Ben, mais ils sont donnés au lecteur sous formes de flash-back que j’ai trouvés agaçants. 

Du côté des personnages non plus je n’ai pas été comblée.
J’ai trouvé Tim un peu vide et trop simple. J’ai eu l’impression que l’auteur voulait le « rebelliser » en le faisant s’échapper de l’Institut, parce quand on réfléchit à sa situation c’était la meilleure chose qui pouvait lui arriver. Ses actions, ses pensées, tout en lui me donnait l’impression que ce n’était pas vrai, je ne sais pas vraiment comment le dire, un peu comme un acteur qui jouerait mal la comédie et à la situation duquel on ne croierait pas. Même quand il se demande s’il a tué son frère pendant sa métamorphose, ses expressions sont comme faussées. 
Flora, le personnage féminin de cette histoire ne m’a pas convaincu non plus. Au début du livre elle est solitude et renfermée, et hacker en prime, ce qui normalement aurait du me plaire, mais un côté de sa personnalité m’a dérangé : elle est très « apathique » dans les premières parties. Dans la troisième, elle s’est un peu plus dévoiler mais je ne suis pas parvenue à l’aimer. 
Le troisième membre du trio, Shariff a été celui qui m’a le plus plu. Il est drôle et sort toujours des choses inattendues, mais je l’ai trouvé un peu coincé. De plus, la nature de sa métamorphose m’a rendue un peu triste pour lui, puisqu’il passe la moitié de sa vie à l’intérieur de la peau d’un animal…

Les sentiments amoureux qui se créent entre Tim et Flora sont assez rapides, comme si cela avait été un coup de foudre alors que rien dans la description de leur rencontre ne le laisse penser. C’est comme si ils s’étaient détestés (surtout du côté de Flora) pendant un temps avant de se dire « Mais je suis folle (fou) de lui (d’elle) ». J’ai trouvé ça un peu bizarre. 

Une des raisons pour lesquelles je n’ai pas réussi à aimer l’histoire, c’est l’écriture de Vincent Villeminot. Pourtant c’est un français, ce qui évite coquilles dans le texte et traductions ambigües, mais dès les premières pages le style m’empêchait de lire. Les passages où Tim est métamorphosé en ours sont durs à lire, à cause du mélange qu’a voulu faire l’auteur de sentiments humains et de sentiments animaux : on se perd dans la description de l’état de Tim, et l’action passe en second plan. 

Au final, une déception pour ce livre dont j’attendais beaucoup, après toutes les éloges que j’ai lu dessus. Je suis complètement passée à côté du thriller, et même si vers la fin le rythme commence à devenir plus fluide, les pages sont un peu dures à tourner

Ma note : 12/20

Publicités

Publié le 28 avril 2012, dans Fantastique, Jeunessse. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Je ne sais pas si j’aimerais ce livre, mais le résumé est assez tentant !

  2. j’ai adoré ce livre et les 2 tomes suivants

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :