Vampire Academy, tome 1 : Soeurs de sang de Richelle Mead

Seule votre meilleure amie peut vous protéger de vos ennemis… 
Saint-Vladimir est un lycée hors du commun : à l’abri des regards indiscrets, de jeunes vampires y apprennent la magie. Rose Hathaway est une dhampir et elle doit assurer la protection de sa meilleure amie Lissa, princesse Moroï.
Menacées au sein même de l’Academy, Lissa et Rose ont fugué ensemble, mais elles ont été ramenées de force derrière les hautes portes de Saint-Vladimir. Entre intrigues machiavéliques, rituels nocturnes inavouables et amours interdites, elles doivent rester sur leurs gardes : les Strigoï, vampires immortels et ennemis jurés des Moroï, pourraient bien faire de Lissa l’une d’entre eux pour l’éternité.

Mon avis :
De la bit-lit ! J’ai lu de la bit-lit ! Ey j’ai plutôt aimé : pas de vampire fous amoureux qui se transforment en agneaux pour leur belles ni de familles loufoques, mais un peu de sentiments et une bonne dose d’action à la fin. Une belle découverte, au final.

Rose et Lissa se sont enfuies de leur Académie, fuguant ensemble pour échapper à des dangers inconnus de Lissa. Sauf que leur fuite ne passe pas inaperçue, puisque cette dernière est l’héritière royale depuis la mort de son frère et de ses parents lors d’un accident mortel. Seules elle et Rose ont survécues, mais à quel prix pour Lissa !
Entre complots politiques, vengeances d’élèves et amourettes, le retour des deux filles à l’Academy va s’avérer plus compliqué que prévu…

L’auteure a fait un vrai bon choix en confiant la narration à Rose, le personnage le plus vif et le plus attachant de l’histoire, celui qui évolue le plus. Elle possède pile les sentiments qui font que l’on s’intéresse à elle : suffisance et repartie associées à un manque de confiance en soi profondément enfoui en elle et dévouement pour son amie Lissa la transforment en une fille qui plait, autant par ses qualités que par ses défauts.
Par contre ma vision sur Lissa à été très mitigée : je l’ai trouvée trop passive, se réfugiant toujours derrière Rose, et surtout peureuse et peu habituée à se débrouiller seule. Même sur la fin quand elle monte son vrai potentiel elle m’a semblée distante, trop loin pour que le lecteur s’attacher vraiment à elle.
Dimitri, un autre gardien Dhampir de Lissa ne m’a pas du tout emballée. Je l’ai trouvé tout le long du livre coincé et se servant du prétexte de sa mission pour mettre une barrière entre lui et le monde. La mini-romance qu’il partage avec Rose ne l’a pas du tout « humanisé » à mes yeux, et il est resté aussi froid du début à la fin.
Au contraire, j’ai adoré Christian, le dernier représentant d’une autre famille royale, renié par les autres nobles à cause de la trahison de ses parents, transformés volontairement en Strigoï. On découvre avec lui un anti-héros très attachant, à la repartie extraordinaire et qui regarde tout autour de lui. Rien ne résiste à son coup d’oeil aiguisé, et il m’a vraiment plu, peut être par son côté mystérieux et inaccessible.
Du côté des personnages secondaires, Mason, en amoureux timide à été une personnalité que j’ai apprécié par son dévouement et sa gentillesse. J’ai détesté Mia dès les premières crasses qu’elle fait aux deux amies, mais les autres personnages ne m’ont pas touchée, à part Nathalie, qui me semblait isolée et totalement paumée, et la fin que je n’aurai jamais soupçonné n’a fait que me renforcer dans mes convictions.

La mythologie mise en place par l’auteure est claire et bien définie, même si on manque parfois de certaines informations sur les familles royales pour tout bien comprendre.
Les flash-back montrés par Rose quand elle se souvient du passé sont agréablement mis en place, et Richelle Mead à trouvé un excellent moyen de narrer certains passages à la troisième personne du singulier sans quitter le point de vue de Rose, mais sans voir ce qu’elle pense de ce qu’elle voit. Elle utilise pour cela le lien étrange qui lui Lissa a sa gardienne, ce qui permet au lecteur de surprendre plusieurs scènes entre Christian et Lissa dans une chapelle d’église.
Le style est simple et sans chichis, les chapitres s’enchainent aisément et restent courts pour ne pas « bourrer » le lecteur d’un seul coup.

Une belle découverte ! Pile ce qu’il faut d’action pour ne pas s’enliser dans les histoires d’amour ou les complots, des scènes que j’appelle « d’école » ou on voit s’affronter des ennemis, comme Mia/Rose-Lissa ou Ralph/Christian…
En bref, un bon livre à lire si vous avez une minute et que vous voulez découvrir la bit-lit !

Ma note : 15/20

Publicités

Publié le 16 avril 2012, dans Bit-lit, Jeunessse. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Dis-donc ! Tu me donnerais presque envie de me remettre à la bit-lit !
    Je trouve que c’est toujours plus ou moins la même chose, mais visiblement celui-ci à l’air différent…

  2. Ahaha eh oui, la bit-lit ne se résume pas à Twilight 🙂 moi j’aime bien richelle mead, surtout dans sa série succubus^^

  3. @Luna :
    Oui, franchement, je pensais comme toi et ce livre m’a surpris !

    @Tara :
    C’était l’idée que je m’en faisait 🙂 ! Et comme Twilight ne m’avait pas plu du tout, revenir à la bit-lit ne m’intéressait pas. Mais c’est vrai que l’écriture et l’histoire de Richelle Mead m’a bien étonnée !

  4. Il est dans ma PAL, je n’étais pas emballée pour le lire mais je vais peut être l’attaquer plus rapidement que prévu, ton billet m’a intriguée !!

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :