CHERUB, tome 1 : 100 jours en enfer de Robert Muchamore

James n’a que 12 ans lorsque sa vie tourne au cauchemar. Placé dans un orphelinat sordide, il glisse vers la délinquance. Il est alors recruté par CHERUB, une mystérieuse organisation gouvernementale. James doit suivre un éprouvant programme d’entraînement avant de se voir confier sa première mission d’agent secret. Sera-t-il capable de résister 100 jours en enfer… ?
CHERUB, un département ultrasecret composé d’agents âgés de dix à dix-sept ans. Des professionnels rompus à toutes les techniques d’infiltration et de renseignement mais des enfants donc… des espions insoupçonnables !
Pour raison d’État, ces agents n’existent pas.

Mon avis :
Je sens que je vais avoir beaucoup de mal à écrire cette critique, car CHERUB, tome 1 m’a sciée en deux. D’un côté, j’aime bien l’aspect classique de la premiere partie, et de l’autre j’ai beaucoup moins accroché à la première mission du héros.

Dans la première partie, James est recueilli après la mort de sa mère par l’agence CHERUB, un service d’espionnage ultra-secret qui le prépare à devenir un agent de leur association. C’est là qu’intervient une partie que j’ai trouvé géniale, malgré son manque d’originalité. Commence pour James et certains de ses camarades un « programme d’initiation » sensé les préparer à ce qui les attendra dans leur vie de futur agent des services secrets. Avec sa partenaire de binome, Kelly, James surmontera des épreuves par paquets de dix, et sera tenté d’abandonner à maintes reprises. C’est là qu’on s’aperçoit pour la première fois du tempérament du héros.
Dans la deuxième moitié, James se voit confier sa première mission officielle, que j’ai mal cernée dès le début. Celle ci se trouve être bien plus hardue que prévue, mais cela ne m’a fait ni chaud ni froid. J’ai voulu abandonner, mais je me suis retenue. Les amourettes de James étaient toutefois moyennement intéréssante.

Sans avoir vraiment adhéré au héros, j’ai bien aimé suivre son parcours chaotique dans la vie, ses pas proches du mauvais tournant, jusqu’à ce que l’agence CHERUB le trouve.
J’ai juste eu un problème avec notre courageux protagoniste : 12 ans ? Pour affronter un arme bactérologique, un groupe de terroristes écologistes et deux gamins à moitié psychopates qui arrachent les ailes des pigeons, ça me parait un peu -très ?- juste. Mais c’est dans cet optique qu’on s’apercevra le mieux des progrets de James dans le futur, je suppose.

J’ai moyennement apprécié le style, mais il reste lisible. Toutefois, on reste dans un côté très « enfantin » dans la narration, James étant -oui, je me répète- trop jeune à mon goût, et surtout qu’il enchaine gâche et bourde comme pas permis. Je veux bien qu’il soit un petit peu empoté, pourquoi pas, mais trop… c’est vraiment trop.
Contentée par la première partie et déçue par la seconde, les romans d’espionnages jeunesse me laissent décidément sur ma faim.

Ma note : 13,5/20

Publicités

Publié le 14 mars 2012, dans Espionnage, Jeunessse. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. C’est vrai que c’est un univers particulier pour un jeune de 12 ans… Penses-tu lire la suite ? Bonne soirée 🙂

  2. Améthyste-sweet

    Coucou Myrtille !
    Si la suite tombe entre mes mains, pourquoi ne pas la lire, mais je ne la chercherais pas dans une librairie. Et puis il faut que je me calme avec les livres, j’en ai 7 lus cette semaine dont les chroniques sont en retard ! Je lis trop ! A l’aide, quelqu’un !

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :