L’Appel de l’Ange de Guillaume Musso

Dans leur téléphone, il y avait toute leur vie…

New York. Aéroport Kennedy.
Dans la salle d’embarquement bondée, un homme et une femme se télescopent. Dispute anodine, et chacun reprend sa route.
Madeline et Jonathan ne s’étaient jamais rencontrés, ils n’auraient jamais dû se revoir. Mais en ramassant leurs affaires, ils ont échangé leurs téléphones portables. Lorsqu’ils s’aperçoivent de leur méprise, ils sont séparés par 10 000 kilomètres : elle est fleuriste à Paris, il tient un restaurant à San Francisco.
Cédant à la curiosité, chacun explore le contenu du téléphone de l’autre. Une double indiscrétion et une révélation : leurs vies sont liées par un secret qu’ils pensaient enterré à jamais…

Mon avis :
Guillaume Musso étant un auteur catalogué « populaire », et accusé de faire de la « littérature commerciale », j’ai longtemps hésité avant d’entamer « L’appel de l’Ange », depuis longtemps dans ma PAL. Mais dès les premières lignes, on est happés par l’histoire. Entre thriller et comédie romantique, l’amour n’est présent qu’au second plan -heureusement car l’histoire est mièvre- pour laisser libre place à l’aventure.

I – L’histoire
L’action démarre vers la centaine de pages, alors que les deux personnages savent tout l’un de l’autre. Aussitôt nous voilà embarqués dans un tourbillon ininterrompu qui ne cesse qu’à la fin, lors d’un plan virtuose mais plutôt attendu. 

II – Les personnages
Jonathan Lempereur était un cuisinier étoilé. A une époque, il était même LE cuisinier, le meilleur du monde, avec tous les honneurs et toutes les récompenses. Mais suite à son divorce, il croule sous les dettes et fait faillite. Quelques années après, il ne lui reste que son fils, qu’il accueille chez lui pendant les vacances scolaires, avec Marcus, frère de son ex-femme, et egalement son meilleur ami et un petit restaurant français sans renommée. Toutefois, on imagine mal ce cuisinier propre sur lui prendre des risque comme le fait Jonathan dans la seconde moitié de ce livre. 
De son côté, Madeline Greene est une fleuriste parisienne, fiancée à un bourgeois des beaux quartiers. Tranquille et enfermée dans une vie plate et sans saveur pour l’ancienne flic qu’elle était, et qui n’a arrêté son activité qu’à cause d’une affaire sordide, qui l’a poussée au bord du suicide. Mais la vie rangée ne convient pas à la policière dans l’âme qu’elle demeure et on ne découvre la « vraie » Madeline qu’au milieu du roman. Mais une fois qu’on connait la personnalité explosive de la jeune femme, on ne comprends plus le comportement « léger » de Madeline au début de l’histoire. 

L’écriture
La plume fluide de Musso décrit agréablement le passé flou des deux principaux personnages, tout en finesse. La manière dont les paragraphes sont tournés, alternant Jonathan Lempereur et Madeline Greene est agréable et nous permet de ne pas perdre de vue les pensées de chacun des protagonistes. Résolument dans l’air du temps, l’une des bonnes idées de l’auteur, bien que trop peu exploitée à mon goût est de retranscrire les dialogues têléphoniques (par SMS) en séparant la page en deux : d’un côté Madeline, de l’autre Jonathan. Le même procédé est utilisé dans le premier chapitre, offrant un effet visuel et un angle littéraire intéressant.

IV – Ma conclusion
Un roman facile à lire, mais avec une vraie intrigue menée jusqu’au dénouement, à feuilleter à la plage ou pour se détendre. 

Les plus :
– Certain passages, notamment à la fin sont excellents
– Une intrigue très bonne

Les moins : 
– D’autres, au contraire, sont tout sauf plausible

Ma note : 15,5/20

Publicités

Publié le 21 février 2012, dans Thriller. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :